la relation de causalité entre le cyclisme et la Dysfonction érectile

La dysfonction érectile est associée à des causes qui peuvent varier d’un individu à un autre. Mais ce que bon nombre de personnes ignoraient, c’est la relation de causalité qui existait entre le cyclisme et ce trouble. En fait, certains chercheurs américains, dont le Dr Irwin Goldstein de l’Université de Boston, ont déjà soulevé le problème du risque de cyclisme fréquent et prolongé pouvant causer l’impuissance.

Pourtant, ses effets sont bien réels. Comment s’établit le lien entre la dysfonction érectile et le cyclisme ? Comment éviter d’en subir les effets néfastes ?

Comment le cyclisme peut causer une dysfonction érectile ?

Même si les cyclistes ne sont pas certains de l’admettre, il y a bel et bien une relation entre le cyclisme et la fonction érectile. En effet le canal d’Alcock est trop souvent mis à mal pendant que le cycliste pédale. 

Ce canal qui facilite le passage du nerf puendal ainsi que celui de l’artère est soumis à des lésions lorsque celui-ci reste coincé, pendant l’activité du cycliste. Le nerf puendal étant destiné à faciliter l’activité érectile, des lésions causées par le cyclisme à ce niveau sont à l’origine des troubles érectiles. 

En effet, lorsque ce sont le périnée et les artères qui sont touchés, le dysfonctionnement érectile peut surgir du fait des fortes pressions exercées sur le périnée, qui vont par la suite causer des lésions sur la couche de l’artère qui est directement en interaction avec le flux sanguin.

Ces dysfonctionnements se manifestent chez la plupart des sportifs par des difficultés d’écoulement de l’urine au tout début. Ce n’est que plus tard que les sujets remarquent qu’ils éprouvent des difficultés à maîtriser leur processus érectile.

Comment éviter une influence négative du cyclisme sur la fonction érectile ?

Dans tous les cas, comme le dirait le dicton, il est préférable de prévenir que d’avoir à guérir. Mieux vaut donc prendre ses précautions que d’avoir à payer les frais. En effet, dans certains cas, le cyclisme peut ne pas affecter la fonction érectile.

La selle traditionnelle en plaçant le poids du tronc dans la zone de peau située entre le scrotum et le rectum peut entraîner une réduction du flux sanguin due à la compression. Afin de réduire cette pression, diverses "selles spéciales" disponibles ont été étudiées. Les plus courantes sont celles qui sont divisées en deux parties et / ou avec une ouverture centrale.

Article connexe: Avis sur le Levitra générique 10 mg et 20 mg à acheter en ligne et prix en pharmacie

De toute manière, les cyclistes ne sont pas non plus prêts à délaisser leur activité sous prétexte que cela pourrait réduire leurs capacités sexuelles. Le mieux à faire est de prendre des mesures préventives afin d’éviter une catastrophe. 

De ce fait, de nombreuses études ont été menées dans l’ultime but d’améliorer l’architecture du vélo afin de permettre aux cyclistes de s’adonner à leurs passions sans craindre les conséquences négatives sur leur santé.

Ce sont les selles de ces engins qui ont été les premières zones sur lesquelles les modifications se sont opérées. Le design qui a été pensé pour la selle est de forme large avec une finition plus précise, bien arrondie. Le rembourrage a été banni afin d’éviter que les os et les parties génitales en souffrent. 

Par ailleurs, il est conseillé que la partie arrière de la selle soit assez large, en fonction de la morphologie de l’individu qui s’y assied. La selle doit aussi être dans une certaine position par rapport au guidon du vélo. Même si certains cyclistes préfèrent régler leur guidon à un niveau plus bas, celui-ci doit être bien haut par rapport à la selle pour que la position adoptée soit correcte.

Il est conseillé au cycliste d’éviter de pédaler pendant de longues heures. Pour éviter d’aggraver le problème au niveau du périnée, les cyclistes doivent se tenir debout sur les pédales du vélo. Cette pratique doit se répéter à une fréquence donnée, notamment si le cycliste va pédaler pendant longtemps.

Il est déconseillé de vous alarmer si vous avez certains des symptômes indiqués, il est conseillé de mettre en œuvre les suggestions si le phénomène persiste, consultez un andrologue pour savoir si les troubles sont dus à une autre cause.