Service Clientèle
Service la France:
Appels Internationaux:

La liaison entre les lésions cérébrales et les dysfonctionnements sexuels

Les personnes qui ont subi des lésions cérébrales sont défini par des dysfonctionnements à divers niveaux. Que ce soit sur le plan physique et surtout mental, ces personnes peuvent souffrir de bon nombres de maux liés à leur état de santé suite aux lésions cérébrales qu’elles ont subies. 

Après l'événement traumatique, diverses conséquences peuvent survenir, telles que des changements dans les relations, des problèmes psychosociaux, une perte de capacité d'empathie et l'ajout d'une dysrégulation émotionnelle et comportementale. De plus, l'apathie, l'irritabilité, la dysphorie peuvent avoir une influence négative sur la relation et la stabilité d'un couple.

Les traumatismes crâniens sont l’une des premières causes d’invalidité chez les 15 à 35 ans. Ses conséquences consistent en des lésions généralisées entraînant l'apparition de divers troubles neuropsychologiques, telles que des troubles de la mémoire, de la communication et du langage, de l'attention, des fonctions exécutives, du comportement, de l'affectivité et même de la sexualité.

Bon nombre d’études ont remarqué que ces personnes étaient caractérisées par un mal être profond qui entrave leur capacité à se sentir bien dans leur peau et ce même dans un environnement qui leur semble pourtant familier. 

Article connexe: Achat à bon prix du Cialis original de marque Eli Lilly en pharmacie online

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les personnes atteintes de lésions cérébrales souffrent d’un développement psycho sexuel limité. Comment s’établit donc ce lien ?

Comment les lésions cérébrales affectent les fonctions sexuelles ?

Cette sous partie sera consacrée à expliquer la manière dont les lésions cérébrales exercent leur impact sur les fonctions sexuelles. D’une part, il est important de savoir que l’activité sexuelle est fonction d’un complexe dénommé neuro-anatomique. 

Ce dernier permet de relier le système nerveux central et celui périphérique. C’est donc la synergie entre ces différents éléments qui permet à l’activité cérébrale d’exercer une influence sur le développement des autres réflexes du corps et aussi sur ceux de l’activité sexuelle. 

Cela peut être soit des facteurs internes, c'est-à-dire se produisant à l’intérieur de l’organisme ou même externe ; cela peut être des chocs, une excitation, etc. 

Partant de cela, on remarque donc que l’activité sexuelle est fonction de facteurs tels que la génétique de l’individu concerné, les événements dont il est victime dans son environnement extérieur. 

En cas de lésions cérébrales, l’activité et le bon fonctionnement du cerveau sont modifiés, ce qui induit également une modification de l’activité sexuelle qui est en lien avec l’activité cérébrale. Bon nombres d’études qui ont été menées ont permis de découvrir que ce type de lésions entraine des dysfonctionnements sexuels tels que des troubles érectiles et une baisse de la satisfaction chez le sujet souffrant après l’acte sexuel.

Les conséquences de ces lésions sur les fonctions sexuelles

Les lésions au niveau du cerveau peuvent affecter particulièrement les fonctions sexuelles notamment lorsqu’elles se trouvent à endroit bien précis.

Ainsi, les lésions cérébrales observées au niveau du lobe temporal droit sont ceux qui sont les plus impliquées dans les dysfonctionnements sexuels. Lorsque ce lobe est atteint, cela entraine une hypo sexualité, c’est à dire une activité sexuelle plus réduite, moins fréquente, du fait du manque de désir ou de la faible sensation d’envie ressenti. 

Article connexe: Acheter du viagra générique pour homme sans ordonnance pas cher et à petit prix

Dans certains cas, le besoin disparait complètement. De la même manière, l’hémisphère droit ainsi que les aires corticales sont aussi impliqués dans les dysfonctionnements de la fonction sexuelle. En effet, lorsque les lésions s’étendent à ces régions du cerveau, cela affecte les neurones endocriniens et autonomes. 

Ces neurones sont réputés pour la production de molécules qui seront plus tard déversées dans le sang. Par ailleurs, l’augmentation de la testostérone qui permet de réguler l’excitation sexuelle et tous ses effets n’est pas effective chez les patients qui souffrent de lésions cérébrales. Ainsi, le dérèglement du système autonome qu’entraînent les lésions cérébrales induisent une faible activité du système parasympathique.

Des fois en raison du traumatisme, la patiente devient complètement dépendante du partenaire, car l'adoption d'une attitude maternelle perdra de son attrait, ce qui rend difficile la possibilité d'avoir une relation sexuelle satisfaisante.

Lorsque ce système est atteint, les neurones assurent difficilement le maintien de l’horloge biologique et du comportement sexuel. Tous ces dérèglements sont à l’origine des dysfonctionnements sexuels.