Service Clientèle
Service la France:
Appels Internationaux:

Dysfonction Érectile À La Suite D'une Prostatectomie Radicale

L’ablation intégrale de la prostate ainsi que des vésicules séminales appelée prostatectomie radicale a des répercussions réelles sur les fonctions érectiles de l’homme de manière partielle ou durable. Cet effet indésirable n’est toutefois pas systématique, mais demeure inévitablement courant, comme le montrent les statistiques faites en ce sens, à cause de la diversité des références utilisées pour spécifier ces troubles.

Le cancer de la prostate est décelé chez les hommes les plus jeunes, il est donc important de renforcer la pérennisation et la reprise optimale de la fonction érectile. Qu’est-ce que la prostatectomie radicale et quelles sont ses conséquences sur la fonction érectile ? C’est ce qu’il advient de découvrir à travers cet article.

Qu’est-ce que la prostatectomie radicale ?

La prostatectomie radicale est le traitement le plus courant recommandé pour les hommes souffrant du cancer de la prostate. Elle a été réalisée en 1902 pour la première fois et ces 25 dernières années elle a connu d’importantes évolutions avec notamment la représentation de techniques qui aident à maintenir l’érection et à garantir la continence urinaire.

Article connexe: Achat et avis sur l’Apcalis oral jelly sx 20mg dans notre pharmacie online

La prostatectomie radicale ou totale est opération chirurgicale dédiée à soustraire la prostate en intégralité sans oublier la capsule, mais aussi les vésicules séminales, ensuite de restaurer la persistance entre l’urètre et la vessie au moyen d’une anastomose. 

Il s’agit d’un traitement chirurgical destiné à enrayer le cancer de la prostate localisée, autrement dit sans métastase. Cette opération peut être effectuée au moyen d’une incision médiane dans la partie inférieure au niveau de l’abdomen ou par la technique de la cœlioscopie par robot-assisté ou pas. Il n’y a pas de différences particulières entre ces diverses voies notamment en ce qui concerne les résultats. Toutefois, du fait de sa situation, son ablation a des effets secondaires directs et réels sur les capacités érectiles de l’individu, entre autres.

Les conséquences de la prostatectomie radicale sur la fonction érectile

L’objectif d’un traitement comme la prostatectomie est de se débarrasser tout bonnement du cancer de la prostate qui affecte un patient. Mais  malheureusement, l’exérèse de la glande sexuelle qui a pour fonction la production du liquide séminal et qui se trouve au niveau de l’embranchement des voies génitales et urinaires est la cause de dégradation des fonctions sexuelles et même urinaires. Cette dégradation des capacités sexuelles en générales, des fonctions érectiles en générale à la suite de la prostatectomie radicale est la conséquence la plus fréquente dans ce cadre. 

Cette opération est donc la séquelle de lésions quelquefois irrévocables des nerfs caverneux qui survient au moment de la dissection complète de la prostate. Il s’agit de nerfs qui constituent des filets nerveux de petites envergures, très sensibles, distants des bords latéraux de cette prostate entre 2 et 5 mm et qui sont invisibles durant l’intervention. Le chirurgien est seul habilité à connaitre l’emplacement réel de ces nerfs et si l’état du cancer le garantit essaiera de les maintenir.

Comment récupérer ses fonctions érectiles après une prostatectomie radicale ?

En fonction des individus, la récupération nerveuse peut être variable. Elle peut nécessiter quelques mois voire quelques années, entre autres. Aucune donnée n’a été certifiée en ce sens. Cependant il est essentiel pour l’ensemble des patients ayant subi une prostatectomie radicale de privilégier la reprise érectile en activant les processus de l’érection. 

Article connexe: Acheter du viagra générique pour homme sans ordonnance pas cher et à petit prix

En demeurant sans érection quelques mois après l’intervention chirurgicale, et même dès lors que la reprise nerveuse est actée, la verge est passible de subir des changements hémodynamiques relatifs aux éléments régissant le flux sanguin et qui peuvent toucher de manière définitive la fonction érectile. 

Le défaut d’innervation provoque une réduction du flux artériel dédié aux corps caverneux se terminant par une hypoxie (réduction de l’affluence d’oxygène au niveau des tissus), qui produit une décroissance des cellules dites musculaires au niveau des corps caverneux, causant une fibrose des tissus qui deviennent plus durs, ainsi perdent leur aptitude à se combler de sang. Ce fait rallongé peut engendrer une ischémie durable des corps caverneux (réduction ou arrêt du remplissage sanguin). En se perpétuant, cette ischémie précipite la fibrose des tissus dits caverneux et entraine le rétrécissement du pénis ainsi que sa tendance à gonfler. Cette situation s’accentue et s’empire d’elle-même aussi longtemps que la reprise nerveuse n’est pas acquise.